Bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki

Les bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki ont eu lieu les 6 et 9 août 1945 à l’initiative des États-Unis et ont mis fin à la Seconde Guerre mondiale après la capitulation du Japon le 14 août 1945. Ce sont les seuls bombardements nucléaires ayant eu lieu en temps de guerre.

Le nombre de décès est difficile à définir et seules des estimations sont disponibles. Le Département de l’Énergie des États-Unis (DOE) avance les chiffres de 70 000 pour Hiroshima et 40 000 personnes pour Nagasaki, tuées instantanément. À ceci s’ajoute les décès apparus par la suite en raisons de divers types de cancers et pathologies.

Les effets et la justification des bombardements ont été le sujet de nombreux débats et controverses. Tuer des civils est un crime de guerre selon les conventions internationales. Aux États-Unis, la majorité des points de vue s’accordent à dire que les bombes atomiques ont raccourci la guerre de plusieurs mois et ont sauvé la vie de centaines de milliers de soldats, que ce soit dans les camps japonais ou américain. Les États-Unis prévoyaient en effet d’envahir tôt ou tard le Japon dans une campagne nommée opération Downfall. Rétrospectivement, il apparaît toutefois que la menace d’une invasion soviétique a eu beaucoup plus de poids dans la décision de l’Empereur.

Au Japon, l’opinion publique tend à penser que l’utilisation des bombes était superflue car le processus de capitulation était en cours lors des bombardements. Cependant, comme le démontrent les archives rapportant les délibérations entre Hirohito, le cabinet et l’état-major, il n’en était rien : en réponse à la déclaration de Potsdam du 26 juillet, le gouvernement japonais organisa le 28 une conférence de presse au cours de laquelle le premier ministre Suzuki annonça l’intention du Japon « d’ignorer » (mokusatsu) l’ultimatum. Les archives démontrent d’ailleurs que même après les bombardements atomiques, le cabinet demeura profondément divisé. De ce point de vue, ce n’est pas le bombardement mais la déclaration de guerre de l’Union soviétique contre le Japon le 8 août et son invasion de la Mandchourie qui a déterminé la capitulation de Hirohito ; le bombardement étant un facteur secondaire qui n’aura vraiment d’influence que pendant la guerre froide.

Les survivants des explosions, les hibakusha, sont devenus le symbole d’une lutte contre la guerre et les armes atomiques à travers le monde.

Préparatifs des bombardements
Les bombes à l’uranium et au plutonium, développées en parallèle et en secret par les États-Unis (avec l’assistance du Royaume-Uni et du Canada et de nombreux savants européens) sous le nom de code projet Manhattan étaient les deuxième et troisième engins à devoir être utilisés et sont restés les seuls déployés depuis cette date sur un théâtre d’opération.

Le premier essai d’une bombe atomique, Trinity (surnommée « le gadget » en partie du fait que ce n’était pas une arme opérationnelle), eut lieu dans un désert du Nouveau-Mexique le 16 juillet 1945, sur la base aérienne d’Alamogordo. C’était un modèle au plutonium, car les Américains avaient plus de doutes sur cette technologie que sur celle à uranium.

La décision de lancer les bombes sur le Japon fut prise par le président américain Harry S. Truman pour plusieurs raisons que les historiens se sont efforcés d’analyser, pondérer ou écarter : satisfaire l’opinion publique en vengeant les soldats tués sur le front du Pacifique, réduire la durée de la guerre et éviter un débarquement sur l’archipel, mettre en place une stratégie pour contrer l’Union Soviétique et avoir une force de frappe dissuasive ou encore justifier un programme dont le coût avait été exorbitant. D’autres explications sont également avancées ; elles seront reprises et analysées à la fin de cet article.

Peu après la destruction de Hiroshima et avant de lancer une autre bombe sur Nagasaki, Truman lança un dernier avertissement aux autorités japonaises (traduction du texte original) :

C’était pour épargner des vies japonaises d’une destruction totale que l’ultimatum du 26 juillet fut formulé à la Conférence de Potsdam. Leurs dirigeants ont immédiatement rejeté cet ultimatum. S’ils n’acceptent pas maintenant nos conditions, ils doivent s’attendre à un déluge de ruines venu des airs comme il n’en a jamais été vu de semblable sur cette Terre. Après cette attaque aérienne suivront des forces marines et terrestres en nombre et en puissance telles qu’ils n’en ont jamais vu et avec les aptitudes au combat dont ils sont déjà bien conscients.

Comme il est détaillé dans la discussion à la fin de cet article, le fait que les bombardements atomiques aient été ou non justifiés reste depuis lors un sujet de controverse.

Le choix des cibles

Le Japon avec les deux villes détruites en 1945La réunion du « Comité des objectifs » (Target Committee) à Los Alamos les 10 et 11 mai 1945, choisit les cibles sur le territoire japonais dans cet ordre :

Kyōto ;

Hiroshima ;

Yokohama ;

l’arsenal de Kokura ;

Niigata ;

le palais impérial à Tōkyō (incertain).

Selon Robert Jungk (traduction libre) :

Sur la courte liste des cibles pour la bombe atomique, en plus de Hiroshima, Kokura et Niigata, il y avait aussi la ville des temples, Kyōto. Quand l’expert sur le Japon, le professeur Edwin O. Reischauer, entendit cette terrible nouvelle, il se rendit précipitamment dans le bureau de son chef, le major Alfred MacCormack, dans un département des services de renseignement de l’armée. Le choc le fit fondre en larmes. MacCormack, un avocat cultivé avec le respect de la vie humaine, arriva à persuader le secrétaire de la guerre Henry L. Stimson d’accorder un sursis à Kyōto et de retirer la ville de la liste.

Reischauer réfuta cette version dans son livre My Life Between Japan And America, 1986, p. 101 :

J’aurais probablement fait ça si j’en avais eu l’occasion, mais ce récit ne contient pas une once de vérité. Comme il a déjà été amplement prouvé par mon ami Otis Cary de Doshisha à Kyōto, la seule personne qui mérite les honneurs pour avoir sauvé Kyōto de la destruction est Henry L. Stimson, le secrétaire de la Guerre de l’époque, qui avait connu et admiré Kyōto depuis sa lune de miel plus de trois décennies auparavant.

Cette affirmation est partiellement confirmée par Richard Rhodes qui décrit le refus de Stimson au sujet du bombardement de Kyōto, allant contre la volonté du général Leslie Groves.

Le 31 mai 1945, Stimson réunit les principaux acteurs militaires et scientifiques du projet Manhattan. Ils discutèrent des inconvénients liés à un avertissement donné aux Japonais avant l’attaque. Ils craignaient que les Japonais ne déplacent des prisonniers de guerre en direction des zones prévues pour le bombardement ou que les appareils soient abattus. Il se pouvait aussi que la bombe soit un fiasco avec une explosion incomplète. Edward Teller proposa de faire exploser la bombe de nuit, sans Robert Oppenheimer, le « père » de la bombe avec Leslie Groves, général chargé du projet Manhattan.avertissements, au dessus de la baie de Tōkyō pour éviter les pertes humaines et choquer l’opinion. Cette idée fut rejetée : les Japonais avaient déjà prouvé leur combativité sans limite avec les kamikazes et il n’était pas sûr qu’une action sans destruction massive soit suffisante pour les déstabiliser.

Oppenheimer suggéra d’attaquer avec plusieurs bombes le même jour pour définitivement stopper la guerre. Le général Groves s’y opposa car les cibles avaient déjà fait l’objet de bombardements conventionnels et que les effets des bombes ne seraient pas assez significatifs sur ces terrains déjà dévastés. De plus, les estimations à cette date sur la puissance d’une explosion nucléaire (aucun test n’ayant été effectué) ne correspondait au mieux qu’à la moitié, au pire à un dixième de ce qui allait être réellement le cas. Les effets n’étaient pas encore précisément connus. Ce n’est qu’après le test de Trinity que la nature de la mission put être scellée.

Hiroshima
HIROSHIMA DURANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE
Située dans la région de Chūgoku sur le delta du fleuve Ota, la ville était divisée en sept îles.

Des camps de l’armée s’étaient installés dans les environs. Parmi les plus importants, on y trouvait ceux de la 5e Division et le centre de commandement du général Hata. Celui-ci gérait l’ensemble de la défense de la partie méridionale de l’archipel. Le quartier général de la seconde armée était situé dans un secteur montagneux de la ville à 10 kilomètres du centre, dans le château de Hiroshima.

Hiroshima était un centre d’approvisionnement important et une base logistique pour les militaires nippons. La ville était un centre de communications, un lieu de stockage et de rassemblement pour les troupes. La population de Hiroshima fut mobilisée, comme d’autres cités japonaises, contre l’envahisseur américain : les femmes et les enfants apprenaient à se battre avec des bâtons et à supporter l’effort de guerre que ce soit dans les bureaux ou les usines.

La cité fut choisie comme cible car elle n’avait pas encore subi de raids aériens : elle constituait une zone idéale pour évaluer l’impact de la bombe atomique. Le centre de la ville possédait plusieurs bâtiments en béton armé de même que des constructions moins solides. En périphérie, les habitations en bois côtoyaient les petits commerces, formant une dense collection de structures légères. Quelques usines s’étaient implantées dans la banlieue. Le risque d’incendie était élevé à Hiroshima : la concentration des bâtiments et les matériaux utilisés étaient propices à une destruction maximale grâce aux effets thermiques de la bombe.

Les informations concernant le nombre de personnes présentes dans la ville lors du bombardement sont très variables, allant de 255 000 à 348 000 habitants. Les estimations données par les troupes et les travailleurs sont probablement imprécises. Le rapport américain indiquant 255 000 habitants s’était appuyé sur les statistiques de rationnement de riz de juin 1945.

PRÉPARATIFS
« Little Boy » avant son installation dans la soute.

Deux heures après la réussite de l’essai Trinity, les bombes Fat Man et Little Boy prirent le départ depuis San Francisco en direction de Tinian à bord du croiseur Indianapolis. Les Américains avaient prévu deux attaques si la première ne se révélait pas suffisante. Le 26 juillet 1945, elles arrivèrent sur la base américaine. Le 28 juillet et le jour suivant, quatre avions Green Hornet s’envolèrent depuis les États-Unis pour apporter les derniers composants nécessaires aux bombes : le cœur en plutonium pour Fat Man et les cylindres en uranium pour Little Boy.

Le capitaine de l’US Navy William Parsons était chargé de la maintenance et l’organisation de l’assemblage des bombes sur place. Il mit en place les différents ateliers nécessaires à cette opération car on ne savait pas encore combien de bombes seraient employées pour venir à bout du Japon. Pendant ce temps aux États-Unis, la production de matière fissile continuait pour une troisième bombe.

Le seul vecteur possible pour la bombe était le Boeing B-29 Superfortress, unique bombardier lourd capable d’atteindre le Japon à l’époque et une unité spécialement créée pour le bombardement nucléaire fut mise sur pied, le 509th Composite Group.

Little Boy fut installée dans un B-29 mais ne fut pas armée. On craignait en effet que l’avion ne s’écrase et que la bombe ne se déclenche accidentellement, pulvérisant immédiatement l’île. Les accidents avec ces bombardiers étaient courants et les militaires ne voulaient pas prendre de risques. Il fut décidé que l’armement se ferait après le décollage, une des phases les plus délicates de la mission. L’équipe s’entraîna sans relâche pour peaufiner la mission et plus particulièrement Parsons qui était chargé d’armer la bombe en vol avec toutes les responsabilités que cela impliquait.

Le commandant de bord Paul Tibbets décida ensuite de baptiser le B-29 avec un nom unique, celui de sa mère (Enola Gay), pour placer l’avion et son équipage « sous une bonne étoile » comme il le dira lors d’une interview. Peu avant le décollage, des journalistes s’étaient amassés autour du bombardier pour immortaliser l’événement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

%d blogueurs aiment cette page :