Histoire du Japon

Le Japon entre dans l’histoire entre le Ve siècle et le VIIe siècle apr. J.-C., lorsqu’il commence à utiliser le système d’écriture de son grand voisin la Chine pour son propre usage. Les premiers témoignages de l’histoire japonaise conservés sont le Kojiki (« Récit des faits anciens », 712) et le Nihon Shoki (« Chroniques du Japon », 720). Ces deux écrits historiques relatent les légendes liées à la fondation mythique du Japon par l’empereur Jinmu (fixée en l’an 660 av. J.-C.), descendant de la déesse du soleil Amaterasu Omikami (voir mythologie japonaise), ainsi que les événements les plus récents de l’histoire politique — notamment la constitution du pays en temps qu’État autonome. Cependant, le peuple japonais apparaît déjà dans les annales chinoises, en tant que peuple barbare payant (ou non) un tribu à l’empereur chinois.

1 Les premiers peuplements (30 000 av. J.-C.-593 apr. J.-C.)

L’origine des premiers habitants de l’archipel japonais demeure un sujet de controverses, mais il semble désormais établi que le peuple japonais résulte du mélange de plusieurs populations assez distinctes : un peuple ancien, déjà présent au moment de la dernière glaciation, entre 30 000 et 20 000 ans av. J.-C., et au moins deux peuples arrivés sur l’archipel vers cette époque — alors que le Japon, l’Asie et l’Amérique étaient reliés par une large bande de glace —, l’un sans doute venu du sud-est du continent asiatique et l’autre vraisemblablement des plaines de Sibérie et de Chine.

1.1 La période de Jomon (8000 av. J.-C.-300 av. J.-C.)

Le paléolithique s’achève 8 000 ans avant notre ère pour faire place au mésolithique, que les historiens japonais appellent période de Jomon (« époque de la poterie à décor cordé ») et qui se caractérise par le développement sur tout l’archipel d’une société primitive de chasseurs-cueilleurs. Les poteries retrouvées sur les sites archéologiques de l’époque Jomon sont ornées de décors vraisemblablement dessinés à l’aide d’une corde, et constituent les premières céramiques façonnées au monde. Entre 8 000 et 300 av. J.-C., les techniques des hommes (travail du bois et de la pierre, technique de fabrication des outils) s’améliorent considérablement, permettant l’accroissement rapide de la population ainsi que l’augmentation de l’espérance de vie. Les hommes se sédentarisent, créent une culture particulièrement riche dont on commence tout juste à percer les secrets. L’agriculture, et plus particulièrement la technique de la riziculture inondée, venue de Chine par l’intermédiaire de la Corée commence à se développer vers le Ve siècle av. J.-C. et ouvre la voie au néolithique, appelé par les historiens la période d’Yayoi.

1.2 La période d’Yayoi (300 av. J.-C.-300 apr. J.-C.)

La période d’Yayoi marque une rupture très nette sur le plan culturel avec la période de Jomon ; elle se caractérise par l’arrivée sur l’archipel d’un grand nombre de techniques et de matériaux venus du continent, dont l’adoption rapide permet la naissance d’une civilisation profondément originale. Outre le riz et les techniques nécessaires à sa culture, arrive au Japon le métal (le bronze — mais sans qu’il y ait « d’âge du bronze » à proprement parler — et surtout le fer — très rapidement adopté, notamment pour la fabrication des armes) et les techniques qui permettent de le travailler. Le développement de petites surfaces consacrées à la riziculture favorise l’apparition d’une société agricole primitive organisée en petites communautés.

Selon les sources chinoises et plus particulièrement l’Histoire des Han antérieurs, puis la Monographie relative aux Wei, l’archipel est alors habité par un peuple nommé « Wa » par les Chinois, divisé en une centaine de petits pays qui se fédèrent à la fin du IIIe siècle en un État appelé Yamatai, sous l’autorité d’une reine, Himiko. Les recherches archéologiques les plus récentes n’ont toujours pas révélé les secrets de cet État primitif : on ne sait rien de son emplacement exact, ni de son destin. Certains historiens le considèrent comme l’ancêtre du royaume du Yamato, qui apparaît dans la plaine de Nara au ive siècle apr. J.-C., et dont l’existence est en revanche bien attestée.

1.3 La période de Kofun (300-593)

La période de Kofun (littéralement « tertres anciens ») tire son nom des gigantesques tumulus servant de sépulture aux chefs les plus importants, qui apparaissent au début du IIIe siècle et prennent, à partir du ive siècle, des dimensions imposantes — témoignant sans doute de l’existence d’une classe dirigeante de plus en plus riche et puissante. Les kofun les plus caractéristiques de l’époque mesurent plus de deux cent mètres de longueur, sont en forme de « trou de serrure » et sont jalonnés de cylindres en terre cuite, les haniwa, surmontés de récipients à offrandes, puis de figurines représentant souvent des guerriers. On a retrouvé les tumulus les plus anciens dans le Kinai, au sud du bassin du Yamato. Ils se sont diffusés ensuite dans l’ouest (jusqu’à Kyushu) puis dans l’est (jusque dans le Kanto), témoignant sans doute de l’expansion progressive de l’influence du royaume du Yamato.

Les recoupements entre les découvertes archéologiques, les chroniques chinoises de la fin de la dynastie Han et les premières annales japonaises permettent d’accréditer la tradition qui veut qu’entre le IIIe et le Ve siècle se soit formé, au sud de l’actuelle Kyoto, un premier État que les chroniques chinoises appellent « royaume du Yamato ». Il semblerait, en effet, qu’à peu près à cette époque, un groupe plus puissant que les autres parvienne à fédérer sous son autorité les petits royaumes de la plaine de l’actuelle Nara, peut-être avec l’aide d’immigrés venus du royaume coréen de Paekche. Dès la seconde moitié du Ve siècle, l’influence de la cour du Yamato s’étend du sud de Kyushu à l’est du Kanto — comme en témoignent de récentes découvertes archéologiques —, tandis que se mettent en place des relations diplomatiques officielles avec la Corée et la Chine des Song. Ces contacts permettent, en particulier, l’introduction progressive de l’écriture, qui marque l’entrée du Japon dans l’histoire.

La supériorité de la cour du Yamato résulte, en fait, essentiellement d’un jeu d’alliances entre le clan dirigeant et les grandes familles (uji), dont l’influence et la puissance ne cesse de croître, notamment à partir du vie siècle. La cour du Yamato préside à l’introduction du bouddhisme, que l’on situe en général en l’an 538, date à laquelle le roi de Paekche envoie au Japon une statue et quelques textes bouddhiques. Cette culture s’enracine très fortement dans l’archipel et dès le VIIe siècle, le bouddhisme devient la religion officielle du Japon.

2 La période ancienne (593-1185)

2.1 La période d’Asuka (593-710)

La période d’Asuka, qui doit son nom à la principale résidence de la cour, débute avec l’accession au trône de l’impératrice Suiko (qui règne de 592 à 628), après l’assassinat de l’empereur Sushun par les Soga. Le neveu de l’impératrice, le prince Shotoku Taishi, prend l’initiative de réformes destinées à moderniser le pays. En 603, il fait promulguer la « Constitution en dix-sept articles », code législatif d’inspiration bouddhique et confucianiste, et crée une bureaucratie à la chinoise, fixant notamment les échelons de la hiérarchie des fonctionnaires. Les efforts déployés par Shotoku Taishi pour stimuler l’établissement du bouddhisme à travers le pays favorisent la propagation de la culture chinoise et la formation d’une élite sinisée.

Les réformes de Shotoku Taishi sont poursuivies par ses successeurs : le prince Naka no Oe, futur empereur Tenji, et son conseiller Nakatomi no Kamatari (614-669) — auquel est plus tard octroyé le nom familial de Fujiwara — parviennent en 645 à éliminer le clan Soga et promulguent la même année les premiers décrets de la réforme de l’ère Taika (645-649), dont l’objectif principal est de renforcer le pouvoir de la maison impériale et d’affaiblir les clans. L’administration du royaume se fait désormais selon le modèle chinois : le code de l’ère Taika est ainsi suivi par ceux de Kiyomihara, Taiho et Yoro, dont les mesures permettent la mise en place progressive de ce que les historiens appellent « l’État régi par les codes » (ritsuryo), très centralisé et dominé par une bureaucratie puissante et très hiérarchisée.

2.2 La période de Nara (710-784)

En 710, la cour rompt avec la tradition qui veut que l’empereur change de résidence à chaque nouveau règne, et fixe sa capitale à Heijo-kyo (actuelle Nara, qui donne d’ailleurs son nom à la période de Nara), nouvelle capitale conçue comme un centre et construite selon un plan en damier imité des capitales chinoises. La vie politique est rapidement dominée par les descendants de Nakatomi no Kamatari, les Fujiwara, qui encouragent la promotion du bouddhisme — comme en témoigne notamment l’édification du Grand Bouddha de Nara, achevé vers 752 —, et le dynamisme des relations diplomatiques nouées avec la Chine de la dynastie Tang.

La population augmentant régulièrement, le pays manque rapidement de rizières à répartir selon le système mis en place par les réformes de l’ère Taika. Dès 723, un décret autorise ainsi ceux qui défrichent de nouvelles terres d’en jouir pendant trois générations. En 743, cette exception au système de répartition s’étend et permet notamment aux temples et aux grandes familles d’acquérir de vastes domaines sans limitation dans le temps.

C’est à cette époque que sont élaborées les deux premières histoires nationales, le Kojiki (712) et le Nihon Shoki (720), et qu’est compilée la première grande anthologie poétique, le Manyoshu (« Recueil des dix mille feuilles », v. 760), tandis que se développent un art et une architecture encore largement influencés par la Chine, mais dont certains traits originaux commencent à se dégager. Le développement des temples et du clergé bouddhiste (les six sectes de Nara) devenant une charge de plus en plus pesante pour les empereurs, Kanmu (qui règne de 781 à 806) cherche à se dégager de leur influence en transférant en 784 la capitale impériale à Nagaoka puis, dix ans plus tard, à Heian-kyo (actuelle Kyoto), capitale en titre jusqu’en 1868.

2.3 La période de Heian (794-1185)

Byodoin (Uji)
Le Byodoin est l’un des rares exemples de l’architecture amidiste de l’époque Heian. Construit pour la famille Fujiwara Yorimichi, le pavillon du Phénix fut transformé en sanctuaire en 1053. Il est situé à Uji, près de Kyoto.

La période de Heian apporte au Japon plus de 350 années de paix et de prospérité. À partir du ixe siècle, la cour parvient à étendre sa domination sur toutes les îles principales du Japon, à l’exception d’Hokkaido et du nord d’Honshu, où des campagnes militaires sont régulièrement menées pour refouler les Aïnu.

2.3.1 Les Fujiwara

À partir de la seconde moitié du ixe siècle, le pouvoir temporel échappe progressivement à la famille impériale pour se concentrer entre les mains des Fujiwara, lesquels mettent en place une politique habile leur permettant de systématiquement s’arroger la charge de sessho (régent) ou de kanpaku (chancelier) d’un jeune empereur né d’une des demoiselles du clan. Ainsi, lorsque l’empereur Montoku meurt en 858, laissant le trône au jeune empereur Seiwa (alors âgé de huit ans), son grand-père Fujiwara no Yoshifusa prend le titre de régent, initiant une tradition guère contestée jusqu’à la fin du Xe siècle. Les Fujiwara accaparent dès lors la plupart des charges officielles, à la Cour comme dans l’administration ; ils s’imposent au sein de la famille impériale en mariant, génération après génération, leurs filles aux empereurs : ceux-ci sont encouragés à abdiquer en faveur de leurs successeurs, encore enfants et aussitôt placés sous la régence d’un Fujiwara. Le plus important des membres de la famille reste Fujiwara no Michinaga (966-1028), dont les cinq filles épousent des empereurs, ce qui lui permet de contrôler absolument la Cour entre 995 et 1028.

L’époque des Fujiwara est marquée par le développement d’une culture nationale dégagée de ses influences chinoise et coréenne. Le temps de Fujiwara no Michinaga est également celui de l’apogée culturelle de la Cour de Heian, notamment sur le plan littéraire avec des femmes écrivains telles que Murasaki Shikibu, auteur du Dit du Genji (Genji monogatari, début XIe siècle) ou encore Sei Shonagon. Sur le plan politique et économique, l’autorité centrale s’affaiblit progressivement : les deux grandes sectes bouddhistes nées à cette époque, tendai et shingon, acquièrent des domaines immenses, tandis que les aristocrates provinciaux se taillent de grands fiefs, souvent exemptés de taxes, qu’ils administrent personnellement. Un seigneur du clan des Taira ose même se proclamer empereur en 940. Cet événement est révélateur de la tendance qui se dessine : les clans seigneuriaux, de plus en plus autonomes, commencent à organiser leurs provinces en véritables États et à se lancer dans des guerres de conquête.

2.3.2 La guerre des clans

L’hégémonie des Fujiwara prend fin en 1028, après la mort de Michinaga. Puis, au milieu du XIe siècle, la famille perd son monopole sur la régence : à la mort de l’empereur Go-Reizei en 1068, aucun Fujiwara n’est en âge de s’arroger ce rôle, et le trône impérial revient à l’empereur Go-Sanjo. Ce dernier n’hésite pas à marquer d’emblée son indépendance. Son fils, l’empereur Shirakawa (qui règne à partir de 1072) inaugure un nouveau mode de gouvernement, celui des « empereurs retirés » (insei) : il abdique en 1086 en faveur de son fils l’empereur Horikawa, dont il assure lui-même la régence.

Cependant, dans les provinces, commence à se développer un monde guerrier dont les ambitions sont assez éloignées des préoccupations des aristocrates de la Cour. Les samouraï, au service de propriétaires terriens restés à la capitale dont ils administrent les terres, s’organisent en clans de plus en plus puissants. Les clans les plus importants sont alors les Taira, protégés par les empereurs retirés, qui acquièrent une renommée militaire et établissent leur pouvoir dans le sud-ouest du pays autour de la mer Intérieure, et les Minamoto, proches des Fujiwara, font de même dans les vastes plaines du Kanto.

En 1156, tandis que deux frères Fujiwara, Tadamichi et Yorinaga, se déchirent pour le pouvoir, un conflit de succession éclate après la mort de l’empereur retiré Toba, entre l’ancien l’empereur Sutoku (1119-1164) et le fils de Toba-tenno, le futur empereur Go-Shirakawa (1127-1192). Sutoku, Yorinaga et Minamoto no Tameyoshi s’allient alors contre Goshirakawa, Tadamichi et les guerriers Taira no Kiyomori et Minamoto no Yoshitomo, propre fils de Tameyoshi. Les batailles qui s’ensuivent, ou « troubles de l’ère Hogen », se soldent par l’exil de Sutoku et l’avènement de Yoshirakawa. Ce dernier, devenu empereur, néglige cependant de récompenser Yoshitomo à sa juste valeur, lequel fomente un coup d’État en 1159 (« troubles de l’ère Heiji »), rapidement écrasé par Kiyomori : Yoshitomo est éliminé, ainsi que la plupart des membres de sa famille, à l’exception de ses deux plus jeunes fils, Minamoto no Yoritomo et Minamoto no Yoshitsune.

Les Taira dominent désormais le pays, tandis que Kiyomori s’arroge les postes les plus élevés de la Cour. Calquant sa politique sur celle des Fujiwara, il distribue les emplois de la Cour aux membres de sa famille et marie sa fille à un prince impérial, dont le jeune fils Antoku devient empereur en 1180. La même année, Minamoto no Yoritomo, qui a établi son quartier général dans l’est du pays (à Kamakura), saisit le prétexte d’un soulèvement organisé par son cousin Yoshinaka pour de nouveau déclencher les hostilités. Cette première bataille est un échec, mais lorsque Yoshinaka décide d’attaquer la capitale impériale en 1183, Yoritomo a rassemblé suffisamment d’hommes pour que son armée, dirigée par son brillant frère cadet Minamoto no Yoshitsune, parvienne à porter secours à l’empereur retiré Go-Shirakawa. Les batailles se succèdent, repoussant les Taira vers l’ouest du Japon, jusqu’à la bataille décisive de Dan no Ura, qui marque symboliquement la fin de l’époque antique et le début du Moyen Âge.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

%d blogueurs aiment cette page :